VI. Dieu a-t-Il fixé d'avance les nombreuses vies terrestres des Humains?

Lorsque Dieu eut promis à Ses enfants repentants de recueillir auprès de Lui leurs créatures mentalement et physiquement déficients, et lorsque tous les Cadets eurent promis d'aider à sortir les Humains des Ténèbres, Dieu décida de former des lieux de séjour et des demeures pour que les Cadets et les esprits humains pussent y habiter lorsqu'ils ne seraient pas incarnés sur la Terre.

Il aurait en effet été presque impossible aux Cadets de s'adapter à la chronologie terrestre s'ils s'étaient constamment trouvés dans le Royaume de Dieu pendant qu'ils travaillaient à guider les Humains.

De la Lumière astro-matérielle et éthéro-astrale - qui produit les formes matérielles dans le monde transcendant - Dieu forma six lieux de séjour, six sphères qui, avec le monde déjà créé mais que les Ténèbres avaient dévasté - "l'enfer" - constituaient sept mondes de Lumière astrale autour de la Terre.
Pour que tous, tant les Cadets que les esprits humains, pussent dès lors se rendre sur la Terre sans avoir à passer par les Ténèbres du Monde dévasté, Dieu traça, de par Sa Volonté, une voie qui traversait le lieu où se trouvaient les Aînés. Il fit passer cette voie à travers toutes les sphères, et la mena jusqu'à la dernière; et en la perçant à l'aide de la Lumière, Il y pratiqua un passage, une voie lumineuse, qui menait directement au corps terrestre et permettait ainsi à tous1 d'aller et de venir sans difficulté.
Pour les êtres spirituels, les lieux de séjour transcendants sont aussi visibles et aussi concrets que le sont la Terre et tout ce qui s'y trouve pour les êtres humains. Plus les esprits, dans leur lutte pour sortir des Ténèbres, s'élèvent, plus rapides deviennent les vibrations éthérées qui produisent les substances dont se composent ces mondes circonscrits qui sont les leurs. Plus les lieux de séjour sont éloignés de la Terre, plus claires, plus belles et plus harmonieuses sont les demeures et la nature (les mers, les fleuves, les lacs, les paysages, les fleurs, etc.). Tant que l'esprit séjourne sur la sphère qu'il a atteint grâce à la purification que lui ont value ses réincarnations - c'est-à-dire ses vies terrestres successives - il se meut comme l'on se meut sur Terre (il marche, il court, etc.). Cependant, les mouvements du corps spirituel libéré sont plus rapides et plus adroits et ses pensées sont plus claires et plus précises que lorsque l' esprit est uni au pesant corps humain qui le gêne de maintes manières.
Les moyens de transport qui se trouvent dans les sphères ressemblent à ceux qui se trouvent sur la Terre. Ils sont cependant tous meilleurs, plus rapides et plus commodes que ceux de la Terre. Toutes les nouveautés et toutes les améliorations que les Humains ont reçues au cours des âges ont d'abord été essayées sur les sphères avant d'être réalisées sur la Terre.
Lorsque les Cadets préfèrent utiliser une autre voie que la voie lumineuse pour se mettre en contact avec les habitants des autres sphères et avec ceux qui habitent la Terre, ils peuvent établir ce contact par l'énergie de leur pensée et de leur volonté qui transporte leur corps spirituel par l'éther qui, lui, pénètre tout par l'effet de la quatrième dimension.

Les Humains ne possédant pas encore le savoir nécessaire pour la saisir, il n'est pas encore possible de décrire ici ce qu'est cette quatrième dimension.

Les sphères supérieures sont invisibles aux habitants des sphères inférieures, qui, elles, sont partiellement invisibles à ceux qui habitent les premières. Les Cadets ne peuvent en effet en avoir une vue d'ensemble relativement claire que lorsque, portés par les vibrations de l'éther, ils vont d'une sphère à l'autre ou se déplacent sur une même sphère.
Les habitants des sphères inférieures ne peuvent ni par leurs propres forces, ni par leur pensée, ni par leur volonté, ni en empruntant la voie lumineuse, gagner les mondes qui sont au-dessus de leur lieu de séjour. Seules la Terre2 et les sphères intermédiaires leur sont accessibles, et la voie lumineuse est le seul moyen par lequel ils peuvent y parvenir. Par contre, leur pensée et leur volonté leur permettent de se déplacer dans des limites restreintes sur leur propre sphère et sur la sphère terrestre. Ils n'ont par exemple pas la capacité de percer de fortes concentrations de Lumière ou des irradiations de Lumière éthérée.
Les Serviteurs de Dieu et les Cadets étant à même d'aller partout par la force de leur pensée et de leur volonté, ils ne se servent pas toujours de la voie lumineuse, et, s'ils le désirent, ils peuvent même se frayer un chemin à travers les nombreuses accumulations de Ténèbres qui se trouvent sur la Terre.
Pour égayer les Humains et pour qu'ils ne regrettent pas trop vivement les conditions purement terrestres, Dieu a, avec le temps, créé plusieurs formes animales, des oiseaux, des chevaux, des chiens, des chats, etc. Ces animaux ne sont cependant pas des répliques astrales des animaux terrestres, ils sont des représentations, sans vie durable et lorsque les sphères cesseront de servir de lieux de séjour temporaires pour les esprits, ces formes animales, c'est-à-dire ces images, se dissiperont - car, Dieu ne les maintenant par Sa Pensée et dans Sa Pensée que pour un temps, ces êtres et ces objets ne peuvent avoir de vie éternelle. De par la Volonté de Dieu, ils seront attirés vers la substance dont Il les a formés pour se décomposer et revenir à l'éther lumineux d'où ils ont été sortis. Mais, tant que les sphères existeront, les esprits humains ne manqueront jamais d'y trouver reproduits les animaux auxquels chacun s'était attaché pendant sa vie terrestre. Et comme Dieu crée ces formes animales à l'image des modèles terrestres, chacun pourra retrouver son animal favori, son cheval, son chat, son oiseau, etc.

Parmi les récits que des personnes décédées ont fait parvenir à leurs intermédiaires terrestres, il ressort de plusieurs d'entre eux que les animaux sont dotés de la vie éternelle. Il s'agit là des représentations décrites ci-dessus. Ces indications erronées sont cependant compréhensibles puisque, même pour les esprits humains assez évolués, il est très difficile de saisir que ces animaux, apparemment aussi vivants qu'eux-mêmes, n'ont qu'une existence limitée. Dans quelques cas où les messages semblent avoir été donnés par des esprits évolués, on peut attribuer ce postulat fallacieux sur la vie éternelle des animaux à l'Aîné qui a su instiller ses pensées dans l'esprit informateur pendant qu'il était en contact avec le médium. Malgré la fréquence de ce genre de messages, on ne peut blâmer les médiums, car l'Aîné a, bien entendu, saisi toutes les occasions possibles pour dénaturer les messages venant des esprits de la Lumière.
L'Aîné ne pouvant persister là où l'on exige la vérité, au nom de Dieu, ce postulat fallacieux, et d'autres semblables, auraient pourtant pu être vérifiés à temps si les médiums ou les responsables des séances avaient toujours examiné en detail chaque message, et réclamé d'entendre certifiée la vérité de tous ses passages.

Par l'intermédiaire de l'aîné des Cadets, Dieu trace les lignes des vies des Humains1 sur la Terre et en détermine la durée. Tout est imparti à chacun en stricte conformité avec ses pensées, ses actes et ses progrès durant la dernière de ses incarnations, et compte tenu de ce qui lui reste encore à expier de ses vies précédentes. Avant d'entreprendre une nouvelle incarnation, l'esprit reçoit un message qui lui fait connaître comment la vie future devra être menée et le renseigne sur ce qui lui sera demandé et sur les actes à expier. Ce n'est que lorsque l'esprit a réfléchi aux problèmes et que lorsqu'il a compris les raisons pour lesquelles l'incarnation doit nécessairement se dérouler comme on le lui a indiqué, et qu'il a approuvé le projet, que l'esprit est incarné en un lieu et un milieu convenables.
Mais tout devant être librement accepté et les esprits humains, surtout s'ils sont peu évolués, refusant souvent d'entreprendre une nouvelle incarnation qui, de prime abord, leur paraît inutile, ils sont tenus de rester dans leurs demeures sans avoir la possibilité de progresser jusqu'à ce que, tôt ou tard, ils reconnaissent l'avantage que présente pour eux une réincarnation. Parvenus à un tel entendement, ils peuvent, alors poursuivre leur cheminement interrompu vers le Foyer paternel.
On ne laisse cependant pas les Humains lutter seuls contre tous les obstacles terrestres. Ils sont aidés par des esprits gardiens1 qui veillent sur eux et, par voie télépathique - c'est-à-dire par la "conscience" - ces esprits cherchent à inciter chaque créature humaine à suivre les voies que Dieu a tracées pour sa vie. Mais puisque les Humains sont dotés du libre arbitre, tout comme le sont aussi les Aînés et les Cadets, et puisqu'il est très rare qu'ils suivent à la lettre la voix avertisseuse de leur conscience, l'incarnation s'écarte le plus souvent pitoyablement du projet initial. Comme il arrive aussi fréquemment que les Humains se suicident au lieu d'attendre l'heure que Dieu a déterminé pour leur mort, ils s'attirent souvent maintes souffrances inutiles.

Si une personne se suicide dans un état de délire (c'est-à-dire sans préméditation), le suicidé est incarné aussitôt qu'il a rendu compte de sa vie terrestre révolue. Ces incarnations immédiates, qui ne laissent à l'esprit ni le temps de se reposer ni de s'instruire, sont accordées par Dieu, d'une part, pour continuer une vie subitement interrompue et, d'autre part, pour éviter à cet être humain de se souvenir des souffrances morales qu'il vient de subir sur la Terre. Au moment de sa nouvelle libération, et même si la dernière incarnation a été courte, l'esprit peut alors avec plus de calme considérer les souffrances mentales ou les maux physiques de sa vie précédente. (Pour le suicide prémedité, voir pp. xxx-xxx de L'Enseignement du Christ).

Un esprit gardien assure en général la conduite d'un grand nombre d'Humains, parfois de plusieurs centaines, qui sont tous en communication télépathique avec lui. Plus l'esprit humain est âgé, plus la voix de la conscience semble claire et précise à l'Humain. Plus l'esprit humain est jeune et plus les Ténèbres enserrent l'Humain, plus faible et plus vague lui semble cette voix. Beaucoup d'Humains entendent souvent deux voix qui se contredisent, l'une ne cessant de s'opposer à celle de la conscience qui, elle, incite l'Humain à suivre les voies de la Lumière et de la Vérité. Aujourd'hui,2 cette voix frondeuse n'est que la voix de l'esprit égoïste et peu évolué de l'Humain lui-même qui exprime ses opinions personnelles sur les problèmes ou les circonstances actuels, mais il ne sert bien entendu à rien à un Humain d'étouffer la voix de sa conscience pour pouvoir céder à ses désirs de pécher et de commettre des vilenies.
Lorsque la mort dégage de nouveau l'esprit d'un corps terrestre, son gardien l'emmène, endormi3, au lieu de séjour et à la demeure qu'il avait quittés lors de son incarnation.
Lorsqu'il s'est réveillé, l'esprit doit méditer sur sa vie terrestre révolue et faire le compte de toutes ses pensées et de tous ses actes - les méchants comme les bons - et il doit faire la lumière sur tous les cas où, en tant qu'Humain, il a agi contre sa conscience. En faisant entendre Sa Voix à tous ceux qui ont accompli leur bilan, Dieu pose Lui-même les questions qui doivent être appronfondies.
Dieu parle par Sa Pensée, et c'est Sa Volonté qui transmet en ondes sonores les vibrations émises par Ses Pensées. En général, Dieu "parle" à des milliers d'esprits à la fois, mais chaque esprit n'entend que les questions qui s'adressent à lui seul, et les paroles de Dieu lui semblent prononcées dans la langue terrestre qu'il parlait pendant sa dernière incarnation. S'il a réapondu sincèrement à toutes les questions posées, l'esprit est de nouveau confié à son esprit gardien qui veille sur lui durant le repos.
Lorsque le temps de repos imparti1 s'est éculé, l'esprit accède à une demeure plus belle ou à une sphère supérieure, si, toutefois, sa vie terrestre le justifie. Sinon, il reste dans la même demeure, parce que, quels que soient les péchés qu'un Humain ait commis, jamais son esprit ne redescend à une sphère inférieure ou à une demeure moins belle. Dans le monde de la Lumière, tout est progrès ou - pour un temps - stagnation, mais jamais régression.
Son temps de repos révolu, et qu'il ait accédé à un autre lieu de séjour ou qu'il soit resté dans sa demeure, l'esprit reçoit une instruction1 dans des matières qui sont spécialement susceptibles de lui servir dans l'incarnation suivante.
Dans toutes les sphères, on retrouve de multiples lieux d'enseignement correspondant aux écoles et aux universités terrestres. On y trouve recueilli, traduit dans toutes les langues terrestres, exception faite des plus primitives, l'ensemble des ouvrages scientifiques et littéraires qui ont été écrits. Chaque institut possède de vastes bibliothèques pourvues de salles de lectures et d'études. Les édifices publics, tels que les églises, les salles de réunion, les universités, les musées, etc., sont tous d'une grande beauté architecturale et ornés de nombreuses sculptures. Plusieurs de ces bâtiments ont été conçus et construits par des esprits humains lors de leur apprentissage, ce qui veut dire qu'ils n'ont pas été formés par la Pensée et la Volonté de Dieu, mais qu'ils ont été édifiés avec des matériaux se trouvant sur les sphères en analogie avec ceux qui se trouvent sur la Terre (la pierre, le bois, etc.).

A partir du moment où Dieu commença à donner la vie spirituelle aux Humains, Il les créa sur le modèle de Ses premiers enfants. Il les créa deux par deux, hommes et femmes, pour qu'ils puissent rester unis en toute éternité dans le Royaume de Dieu après les stades successifs de leurs cheminements terrestres. Chacun gardera sa propre personnalité, sera, deux tout en étant un - car chacun d'eux est á tout jamais le reflet de l'autre.
Lorsque cela est possible, les duals humains vivent ensemble leurs vies terrestres, soit comme conjoints soit comme frère et soeur, soit liés par un autre degré de parenté proche. Il arrive cependant qu'ils ne réussissent pas à se retrouver où à se reconnaître dans les conditions qui règnent sur la Terre.
Comme à tous Ses autres enfants, Dieu a donné Son empreinte au corps spirituel de tout esprit humain, mais ce ne sera qu'à son arrivée au but, au Royaume de Dieu, que la beauté de cette empreinte sera pleinement visible.

On esquissera ci-dessous l'aspect physique des esprits.
Tout comme le corps humain, le corps spirituel a une forme externe qui renferme différents organes internes. Cette forme externe est comme le plus beau corps humain, grandement idéalisé et sans organes génitaux. (Le corps spirituel féminin est plus doux et plus rond, mais il serait impossible ici de préciser ce qui distingue les êtres masculins des êtres féminins, parce que les Humains ne possèdent pas le savoir qui leur permettrait d'en saisir les détails). La structure interne du corps ne ressemble que très peu à celle du corps humain. On n'y trouve ni l'appareil digestif (l'estomac, l'intestin, les reins, etc.) ni les organes génitaux. Par contre, les systèmes vasculaire et nerveux sont beaucoup plus complexes et infinement plus différenciés. Par un appareil respiratoire constitué d'un nez, d'une trachée et d'organes comparables aux poumons, le corps inhale les courants éthérés qui lui sont nécessaires et qui, en passant par un "réseau vasculaire" très fin et très ramifié, reviennent aux organes respiratoires pour y être renouvelés. Le système vasculaire est double, c'est-à-dire que le réseau qui sort de l'organe droit aboutit à l'organe gauche et inversement. Ce corps n'a pas de vaisseaux sanguins. Lorsqu'un esprit de la Lumière se trouve dans une accumulation de Ténèbres ou lorsqu'il s'y déplace, il éprouve les mêmes sensations qu'un être humain dans une pièce où l'oxygène est raréfié.
Le corps spirituel n'a pas de squelette osseux, mais étant de partout maintenu par une musculature robuste, ce corps est néanmoins parfaitement solide.
A l'endroit où se trouve le cerveau humain, et remplaçant celui-ci, se trouve un centre nerveux d'où partent les innombrables fibres d'un système nerveux. Ces fibres passent par la tête et par le long du dos pour se ramifier dans le corps entier. Elles sont toutes reconduites au centre cérébral par un centre plus petit qui correspond approximativement au coeur humain et qui se trouve à peu près au même endroit. C'est là que convergent les terminaisons nerveuses et de là qu'elles sont reconduites à leur point de départ, c'est-à-dire au centre cérébral, par deux cordons situés de chaque côté du cou.
Les êtres du monde transcendant peuvent, s'ils le désirent, se passer de nourriture.
Ils se nourrissent principalement de fruits1, qu'ils mangent tels quels ou préparés. Les aliments passent de la cavité buccale (dont la structure dentaire ressemble à celle du corps humain) à un système tubulaire finement ramifié et se disséminent ensuite dans le corps entier d'où ils s'exhalent insensiblement par des pores, très fins. Ce processus se fait par l'interaction des systèmes tubulaire et vasculaire et de l'éther environnant de la Lumière ou des Ténèbres. Les pores ressemblent à peu près aux pores qui, chez l'être humain, émettent la sueur. Ils sont cependant beaucoup plus fins, et ils communiquent directement avec les systèmes tubulaire et vasculaire.
Les caractéristiques décrites ci-dessus sont communes à tous les corps spirituels. L'esprit humain étant cependant toujours dans son existence transcendante une copie exacte de l'être humain a corps duquel il était uni pendant sa dernière incarnation (voir aussi pp. xxx-xxx du Commentaire), son corps spirituel contient également tous les organes dont le corps humain est doté. Dans le monde transcendant, tout ce qui touche à l'existence humaine repose à l'état virtuel, à l'état de pure possibilité. Par contre, tant que l'esprit est incarné, ce sont les organes du corps spirituel qui reposent, puisqu'ils ne sont utilisables que lorsque l'esprit est libéré. Cependant, le système nerveux du corps spirituel fonctionne pendant la vie terrestre, bien que plus faiblement.
Lorsque l'esprit a accompli toutes ses incarnations et qu'il se trouve libéré de la Terre, la Volonté de Dieu fait disparaître l'ensemble des organes rudimentaires de son existence humaine, et le corps spirituel apparaît alors tel que Dieu l'a crée.